Le CFE – Center for Entrepreneurs – et FAIRE publient les résultats d’une enquête sur l’entrepreneuriat des réfugiés

 

Cette enquête sur l’entrepreneuriat des réfugiés est le fruit d’une rencontre entre FAIRE et le CFE en 2018, lors du « global refugee entrepreneurship summit », mais aussi du besoin de pouvoir disposer et compiler de données sur ce sujet d’importance.

Ainsi, ce sont 39 organisations issues de 19 pays, ainsi que 25 réfugiés entrepreneurs qui ont accepté de répondre à un questionnaire en ligne.  Aujourd’hui, le CFE lance officiellement le rapport de cette étude au Royaume Uni. Restez connectés, une version française sera prochainement.

L’entrepreneuriat des réfugiés, une solution positive pour l’inclusion des personnes déplacées

Selon les Nations Unies, « 70,8​​ millions de personnes dans le monde ont été forcées de fuir leur foyer, soit un chiffre sans précédent. ». La migration est une réalité, et, avec les conflits non résolus et la crise climatique, ces chiffres ont une forte probabilité d’augmenter.
Les pays et Etats se doivent d’avoir des politiques et stratégies de long terme pour faire face à ses bouleversements présents et futurs et afin d’assurer l’inclusion des migrants et des réfugiés dans les pays d’accueil. Loin d’être unique, l’entrepreneuriat des réfugiés fait partie des solutions envisageables pour mettre en capacité les réfugiés de devenir acteurs de leur insertion professionnelle et, au-delà, de la croissance économique de leur nouveau pays.

FAIRE s’est donc associé au CFE afin de mener une enquête sur l’entrepreneuriat des réfugiés, afin d’interroger et d’étudier les programmes en place pour aider son développement, notamment sur des questions de financements, de contenus, de structuration. 39 organisations issues de 19 pays, ainsi que 25 réfugiés entrepreneurs qui ont accepté de répondre à un questionnaire en ligne.

Que peut-on retenir de l’étude ?

Les structures qui ont répondu à cette enquête partagent plusieurs points communs. Par exemple, elles s’axent notamment sur 3 grands thèmes d’action que sont le travail sur l’émancipation économique, le changement des mentalités sur la question des réfugiés et le plaidoyer auprès des gouvernements.
Elles ont également en commun d’offrir aux entrepreneurs des programmes qui s’axent sur des besoins forts identifiés : le business plan, le coaching ou encore la construction de son réseau.
Si leurs programmes fonctionnent, la question d’un financement pérenne de leurs activités est prégnante et ne pourra se faire sans un engagement fort, de long terme de leurs partenaires.

Cette enquête fait également état de résultats positifs issus de ces programmes. Depuis 1994, 12 960 nouvelles entreprises ont été lancées, dont 12 052 sont toujours actives. Les domaines les plus représentés sont ceux de du secteur alimentaire ou des industries créatives. Pourtant, les champs cités sont assez larges et englobent l’environnement, l’ingénierie, la fintech’ etc.

Du côté des réfugiés, le sentiment est également très positif. Deux chiffres peuvent être mis en avant :

  • Depuis 1994, 18 923 réfugiés ont participé à un programme de soutien à l’entrepreneuriat, permettant la création de 18 127 emplois rémunérés.
  • Globalement, 79% des réfugiés sont d’accord avec le fait qu’ils ont réussi à obtenir les compétences, connaissances et expériences nécessaires pendant leur formation

Un lancement en France à venir dans les mois prochains

Les résultats de cette enquête sont dévoilés aujourd’hui par le CFE au Royaume-Uni. Vous pouvez d’ores et déjà jeter un œil à cette enquête ici. Une version française de cette étude sera disponible très prochainement, n’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

FAIRE remercie chaleureusement le CFE pour son travail. Nous souhaitons que ce rapport puisse devenir un véritable outil, pour toutes les parties prenantes, afin de contribuer au développement nécessaire de ces programmes d’accompagnement à l’entrepreneuriat des personnes réfugiées. Le secteur privé et les investisseurs ont un véritable rôle à jouer pour soutenir et financer ses initiatives. Les gouvernements, quant à eux, doivent se saisir de cette solution, qui, au-delà de l’inclusion des personnes déplacées, constitue une véritable opportunité pour nos économies.

Pour en savoir plus sur le CFE : https://centreforentrepreneurs.org/about/
Vous pouvez lire le rapport le rapport ici.